Révisions des règles relatives aux prêts hypothécaires syndiqués pour mieux protéger les investisseurs contre les risques

La semaine dernière, les autorités canadiennes en valeurs mobilières ont apporté plusieurs modifications aux règles sur les prêts hypothécaires syndiqués visant à mieux protéger les investisseurs.

Les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (ACVM) ont proposé de supprimer les exemptions qui permettent de vendre les placements sans s’inscrire auprès des organismes de réglementation ni déposer un prospectus dans certains domaines.

En plus des exigences de divulgation beaucoup plus strictes, ces changements visent à «améliorer la capacité des investisseurs à prendre des décisions éclairées lors de l’achat de ces investissements», a déclaré le président des ACVM et président des ACVM Louis Morisset, cité par CBC News.

Les révisions réglementaires exigeraient également une évaluation par un «évaluateur indépendant et qualifié» de la propriété sur laquelle investir.

Les modifications proposées aux règles sont disponibles pour commentaires du public jusqu’au 6 juin.

En savoir plus: La technologie peut-elle rendre les prêts hypothécaires syndiqués à nouveau sûrs?

L’avocat immobilier basé à Toronto, David Franklin, a estimé qu’environ 1 milliard de dollars a été perdu jusqu’à présent par les investisseurs ontariens dans les prêts hypothécaires syndiqués.

En avril 2017, une enquête menée par CBC Toronto a constaté que 120 membres de la communauté chinoise de la RGT ont perdu près de 9 millions de dollars en placements hypothécaires syndiqués après que la personne à qui ils avait donné l’argent pour l’avoir prêté à un fraudeur condamné.

A lire  Les courtiers réagissent aux changements de rémunération de la Banque Nationale

L’examinateur de fraude Bill Vasiliou a déclaré à l’époque que s’il existe des transactions hypothécaires syndiquées légitimes, des personnes sans scrupules peuvent également utiliser ces investissements pour permettre leurs activités néfastes.

Histoires liées:

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer