Squamish Nation entreprendra un nouveau développement à Vancouver

La nation Squamish a annoncé son intention de commencer le développement de l’un des plus grands développements urbains autochtones du Canada, qui devrait se développer à côté du pont de la rue Burrard à Vancouver.

Bien qu’encore dans ses phases de formation, le projet visera à construire un complexe offrant environ 3 000 unités de logement, selon le conseiller de la nation Squamish Khelsilem.

Khelsilem a estimé qu’à l’heure actuelle, environ 1 100 des quelque 4 000 membres Squamish sont sur des listes d’attente pour un logement.

«Pour de nombreuses autres Premières Nations du pays, les ressources naturelles sont la seule option dont elles disposent pour faire croître leur économie. Alors que pour nous, la terre a été complètement impactée [by the city’s growth] et donc l’immobilier est vraiment la seule chose dans laquelle nous pouvons nous impliquer et qui aura du sens pour générer des revenus », a-t-il déclaré dans une interview avec CBC News.

« [The First Nation is] voir les bénéfices importants que tout le monde fait. Nous sommes en plein milieu et nous ne faisons rien, donc je pense qu’il y a une impatience raisonnable que nous devrions nous impliquer », a ajouté le chef.

Actuellement, Squamish Nation discute de diverses propositions avec un développeur, la plus favorisée étant un développement de logements principalement locatifs, tout en offrant également des logements abordables aux membres de la nation.

A lire  Agents de vente incarcérés sans licence accusés de fraude

Le maire de Vancouver, Kennedy Stewart, a accueilli le plan comme une continuation naturelle de l’alliance étroite que la ville et la Première nation ont construite contre l’expansion controversée du pipeline Trans Mountain.

«Le problème avec la réconciliation, c’est que vous ne savez pas vraiment à quoi cela ressemble tant que vous n’êtes pas au milieu. Je pense donc que cela définira certains paramètres sur ce à quoi nous ressemblons, Vancouver, en tant que ville de réconciliation. Je tiens à m’assurer que cela a les meilleures chances de succès », a déclaré le maire.

«La ville est au milieu d’une crise du logement, surtout en ce qui concerne la location», a ajouté Stewart, louant l’objectif initial du projet de 3 000 unités résidentielles.

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer