Toronto et Vancouver pour se calmer – économiste

La tendance à la hausse graduelle des taux hypothécaires sera le principal facteur du temps de recharge projeté dans deux des principaux marchés du logement au Canada cette année, selon un économiste éminent.

Diana Petramala de la Banque TD a déclaré que les niveaux records atteints en 2015 atténueraient les effets négatifs du ralentissement à Toronto et à Vancouver cette année.

Cependant, Petramala a souligné que cela ne devrait pas être un motif de complaisance car divers indicateurs de problèmes de marché sont apparus récemment. La croissance des prix devrait chuter à 4% à Toronto, tandis que la valeur des maisons à Vancouver augmentera de 7%.

« L’activité élevée de l’année dernière a probablement rendu ces deux marchés plus vulnérables, même à une augmentation progressive des taux d’intérêt et à des changements de règles réglementaires », a déclaré Petramala dans un rapport, cité par Le Huffington Post Canada.

Les prix de l’immobilier à Vancouver ont augmenté de près de 20% en un an seulement, tandis que Toronto a connu une augmentation de 14%.

Le rapport de la TD a souligné que certaines banques canadiennes ont déjà mis en œuvre des hausses de 0,3% de leurs taux hypothécaires depuis décembre, indiquant que les institutions financières se préparent pour un an avec des conditions plus strictes.

A lire  Le marketing compte

D’autre part, Petramala a assuré qu’un crash est peu probable, car les fondamentaux des marchés immobiliers du pays restent solides. La migration vers les régions métropolitaines s’est accélérée et les taux de change généreux continuent de rendre l’immobilier canadien particulièrement attrayant pour les investisseurs étrangers.

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer