Transactions suspectes liées à des acheteurs étrangers

Les banques basées à Vancouver ont signalé plus de demandes suspectes en provenance de Chine continentale que dans tout autre pays.

Les banques sont tenues de signaler toute activité suspecte au Centre d’analyse des opérations et déclarations financières du Canada (FinTRAC), et le Globe and Mail a reçu ces données par le biais d’une loi sur l’accès à l’information. Il montre que les banques de Vancouver ont signalé des transactions suspectes en provenance de la Chine continentale 17 fois plus souvent que des transactions en provenance de tout autre pays.

Selon les conclusions du Globe, les institutions financières de Vancouver, Richmond, West Vancouver et North Vancouver ont signalé plus de 8600 transactions suspectes au FinTRAC entre janvier 2012 et juillet 2015.

De ces transactions, 5 895 provenaient d’une origine inconnue et 1 660 ont été effectuées par des citoyens canadiens.

Sur les 1 045 transactions signalées restantes, 83% (865 rapports) provenaient de Chine continentale.
Ces rapports sont prétendument déclenchés lorsque la somme est supérieure à 10 000 $, lorsque des tiers envoient fréquemment des virements électroniques aux clients ou lorsque plusieurs dépôts d’une personne autre que le titulaire du compte sont effectués.

L’avocate Christine Duhaime a déclaré au Globe que même s’il ne pouvait être déterminé si les fonds suspects entrants étaient utilisés pour acheter des biens immobiliers, on pourrait «supposer assez précisément que si les fonds proviennent de Chine et impliquent de gros volumes, ils sont destinés à des achats immobiliers car il n’y a pas grand-chose d’autre que les ressortissants étrangers de Chine achètent au Canada qui déclencherait un [suspicious transaction report]. »

A lire  REDX confirme les modifications apportées aux rapports AMP

Le blanchiment d’argent potentiel dans l’immobilier au Canada – y compris en Chine – a suscité un intérêt croissant.

La publication de données FinTRAC fait suite à un rapport récemment publié par la SCHL sur le montant des investissements étrangers en copropriété à Vancouver et à Toronto.

Les propriétaires étrangers de condos possèdent 3,5% des unités à Vancouver et 3,3% à Toronto; contre 2,3% et 2,4% il y a un an, respectivement.

La méthodologie est quelque peu incomplète mais constitue un pas dans la bonne direction pour déterminer dans quelle mesure ces principaux marchés sont influencés par la monnaie étrangère.

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer