Un sondage de BMO révèle où les primo-accédants sont le plus confiants

Malgré un paysage économique cahoteux, les Albertains qui achètent leur première maison ont le plus confiance en leur marché immobilier, selon un sondage de BMO.

Dirigé par Pollara Strategic Insights, plus de 50% des primo-accédants de la province ont exprimé leur optimisme et estiment que le moment est venu d’acheter. Quarante-deux pour cent des répondants de la Colombie-Britannique et des Prairies sont plutôt optimistes.

Cependant, à peine un tiers des Ontariennes et Ontariens croient que se lancer maintenant sur le marché est une bonne idée.

«Bien que les acheteurs d’une première maison croient que les conditions du marché sont favorables pour les acheteurs, il est important de s’assurer que les coûts de possession sont durables», a déclaré Hassan Pirnia, chef des produits de prêts personnels et de financement immobilier chez BMO.

Quarante-cinq pour cent des acheteurs de maisons neuves cherchent dans les trois marchés les plus en vogue du Canada – Toronto, Vancouver et Montréal – ce qui pourrait s’avérer fastidieux car ils rassemblent suffisamment d’argent pour un acompte. Vingt-six pour cent des répondants ont déclaré qu’un acompte de 5% serait un défi majeur, tandis que 39% l’ont qualifié de défi mineur.

Seulement 14% des acheteurs de maison neuve sont même prêts à acheter une maison, mais 55% disent qu’ils seront prêts dans quelques années.

A lire  L'application Canadian Mortgage lance la version 8.0

L’enquête a également révélé que l’écrasante majorité des primo-accédants portera des dettes dans leur achat de maison, puisque seulement 38% disent qu’ils seront sans dette.

«L’achat d’une maison est une étape importante, mais il est important de considérer comment l’accession à la propriété aura un impact sur les finances quotidiennes et les plans financiers à court et à long terme», a déclaré Pirnia.

L’incitatif à l’achat d’une première maison – dans lequel la Société canadienne d’hypothèques et de logement prend une participation dans la maison de l’acheteur – est également entré en vigueur la semaine dernière, et même s’il n’aidera pas les acheteurs de Toronto et de Vancouver, il devrait aider acheteurs sur les marchés plus petits, dit Robert McLister, rédacteur en chef des hypothèques de Rates.ca et fondateur de Ratespy.com.

«Si vous achetez une maison pour la première fois et que vous ne pensez pas vivre longtemps dans cette maison, en particulier dans un marché du logement avec une demande plus faible, cela pourrait potentiellement vous faire économiser davantage sur les intérêts et les défauts de paiement. primes d’assurance que vous cédez à la SCHL », a-t-il déclaré.

«Ce n’est pas pour quelqu’un qui envisage de vivre là-bas pendant longtemps, en particulier dans un marché du logement qui est plus chaud et a des fondamentaux plus solides», a-t-il déclaré. «Dans ce cas, cela pourrait vous coûter plus cher en fonds propres que vous renoncez que ce que vous économisez sur les primes d’intérêt et d’assurance-défaut.»

A lire  Banlieue repensé

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer