Un tiers des Canadiens craignent de ne pas couvrir les frais de logement en raison du COVID-19

Les Canadiens commencent à ressentir l’impact économique de l’épidémie de coronavirus sur leurs finances, a révélé un récent sondage commandé par l’Institut Angus Reid.

Plus d’un tiers ou 34% des répondants se sont dits préoccupés par le fait de manquer un loyer ou un paiement hypothécaire ce mois-ci en raison de la pandémie, qui a provoqué un chômage généralisé et une réduction drastique du travail rémunéré pour ceux qui ont la chance d’avoir conservé leur emploi.

Lire la suite: Les budgets des ménages canadiens risquent maintenant de s’épuiser rapidement

Quarante-quatre pour cent des personnes interrogées ont déclaré qu’elles avaient été elles-mêmes licenciées depuis le début de la crise ou qu’elles vivaient avec quelqu’un qui en avait. Environ un cinquième craignent de perdre du travail dans les jours ou semaines à venir.

Pour ceux qui sont actuellement employés, plus de la moitié s’attendent à ce que leurs heures soient inévitablement réduites.

La firme a mené le sondage en ligne du 20 au 23 mars en utilisant «un échantillon aléatoire représentatif de 1 664 adultes canadiens membres du Forum Angus Reid». L’échantillon de cette taille comporterait une marge d’erreur de +/- 2,5 points de pourcentage ou 19 fois sur 20, a-t-il déclaré.

Selon la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (CFID), les entreprises réduisent en raison des quarantaines et de la «réduction drastique correspondante de la demande de produits et de services». L’agence a également averti qu’un tiers des petites entreprises du pays risquent de fermer dans les prochaines semaines sans intervention du gouvernement.

A lire  Whisky, vin et faiblesse à Ottawa

«Plus de la moitié des petites entreprises ont commencé à licencier du personnel, et un quart ont déclaré qu’elles avaient déjà été forcées de licencier tout leur effectif», a déclaré le président de la FCEI, Dan Kelly, dans une entrevue à CBC News. «Ce nombre est susceptible d’augmenter dans les semaines à venir, car de nombreuses petites entreprises seront obligées de prendre des décisions de mise à pied supplémentaires dans les prochains jours.

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer