Une réaction mitigée salue la baisse des taux de 50 points de base de la Banque du Canada

À la surprise de presque personne, la Banque du Canada a abaissé son taux au jour le jour de 50 points de base de 1,75% à 1,25%, un jour après que la Réserve fédérale américaine a pris la décision surprise de réduire son taux d’intérêt de référence d’un demi-point de pourcentage à une fourchette cible de 1,00% à 1,25%.

Le taux précédent de 1,75% du Canada était le plus élevé parmi les pays du G7. Mais un peu comme la banque centrale américaine, la BdC a cité les risques économiques accrus posés par l’épidémie de coronavirus pour la baisse des taux.

«Alors que l’économie canadienne a fonctionné près de son potentiel avec une inflation conforme à la cible, le virus COVID-19 est un choc négatif important pour les perspectives canadiennes et mondiales, et les autorités monétaires et budgétaires réagissent», a déclaré la BdC dans un communiqué de presse. «Avant l’épidémie, l’économie mondiale montrait des signes de stabilisation, comme la Banque l’avait projeté dans son Rapport sur la politique monétaire (MPR) de janvier. Cependant, le COVID-19 représente une menace importante pour la santé des personnes dans un nombre croissant de pays. En conséquence, l’activité commerciale dans certaines régions a fortement chuté et les chaînes d’approvisionnement ont été perturbées. Cela a fait baisser les prix des produits de base et le dollar canadien s’est déprécié.

L’annonce de la BdC a également noté que les marchés mondiaux «réagissaient à la propagation du virus en réévaluant le risque sur un large éventail d’actifs, rendant les conditions financières moins accommodantes. Il est probable qu’à mesure que le virus se propage, la confiance des entreprises et des consommateurs se détériorera, ce qui déprimera encore davantage l’activité. »

Parmi les experts de l’industrie, la réaction à la décision de la BdC a été mitigée.

«C’est la première fois que la Banque abaisse le taux depuis 2015 et ce n’est pas depuis la crise financière que la banque a baissé de 50 points de base en un seul geste», a déclaré James Laird, cofondateur de Ratehub.ca et président de CanWise Financial courtage hypothécaire. «L’évolution de la propagation du coronavirus inquiète la Banque des investissements des entreprises, de la confiance des consommateurs et de la croissance économique globale. De plus, l’inflation en janvier était plus élevée que prévu. »

A lire  Les implications de la richesse générationnelle sur le marché hypothécaire

Laird a noté que ce ne sera probablement pas une action ponctuelle de la banque centrale.

«La Banque se dit prête à ajuster davantage sa politique monétaire», a-t-il poursuivi. «Cela suggère que des baisses de taux supplémentaires pourraient suivre cette année. Les consommateurs qui ont actuellement un taux variable verront leurs versements hypothécaires baisser une fois que les prêteurs hypothécaires canadiens ajusteront leurs taux préférentiels, probablement cette semaine. On s’attend à ce que les taux préférentiels baissent de 50 points de base, même si les prêteurs n’ont pas parfois répercuté la totalité des économies sur leurs clients. »

Sherry Cooper, économiste en chef des Centres hypothécaires du Dominion, s’est également félicitée de la baisse des taux.

«Déplacer les 50 points de base au complet est un message fort de la Banque du Canada», a-t-elle déclaré. «D’autant que le gouverneur Poloz a longtemps résisté à l’assouplissement monétaire de plus de 30 banques centrales à travers le monde, soucieux d’ajouter du carburant à un marché immobilier brûlant, en particulier à Toronto. D’autres banques centrales suivront sans aucun doute, même si des taux d’intérêt déjà négatifs entravent la zone euro et le Japon. »

Cooper a prédit que la baisse des taux pourrait «stimuler la demande de logements» via une baisse des taux d’intérêt, même si elle a admis que «la réduction des voyages en provenance de Chine pourrait nuire aux ventes à Vancouver». Elle a également reconnu qu’après l’annonce de la banque centrale, «le rendement des obligations du gouvernement du Canada à 5 ans a chuté à seulement 0,82%, soit environ la moitié de son niveau du début de l’année.

A lire  un grand producteur passe au canal des courtiers

Il y avait également un certain scepticisme quant à la baisse des taux. Le directeur économique de TD et économiste principal, Brian DePratto, a noté que si l’annonce de la BdC mettait fortement l’accent sur les risques liés à l’épidémie de coronavirus, d’autres problèmes avaient contribué à alimenter sa décision.

«Même en ignorant le choc viral, les conditions intérieures commençaient à paraître moins favorables», a-t-il observé. «La Banque note que la croissance du premier trimestre décevra probablement leurs prévisions de croissance antérieures de 1,3% et que les investissements des entreprises n’ont pas répondu à leurs attentes de reprise à la suite de l’évolution positive de la politique commerciale. En l’absence de mention plus générale de l’endettement des ménages ou des risques de stabilité financière, il s’agit clairement d’une organisation axée sur la gestion des risques à court terme pesant sur la croissance économique. »

DePratto a également suggéré que le coronavirus pourrait être une excuse exagérée pour cette coupe.

«La Banque a envoyé aujourd’hui un signal conciliant sans équivoque, centré presque entièrement sur les risques et sans aucune mention de l’endettement des ménages», a-t-il poursuivi. «Le plus révélateur est peut-être l’affirmation selon laquelle ils« se tiennent prêts »à s’ajuster davantage si les conditions le justifient et se concentrent sur la garantie que la liquidité reste suffisante. Il est important de se rappeler que la politique monétaire n’est qu’une partie de la boîte à outils de réponse globale, et sans doute la moins efficace étant donné sa nature relativement directe. »

Norman Levine, directeur général de Portfolio Management Corporation, a carrément remis en question la baisse des taux.

«Une énorme erreur de Stephen Poloz et de la Banque du Canada», a-t-il écrit sur Twitter. «Aurait dû être un 1/4 au plus. Utiliser une puissance de feu qui aurait pu être utilisée en cas de besoin réel à l’avenir. Baisse des taux d’intérêt à cause d’un virus et de blocages. Vraiment? »

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer