« Votre maison a fait plus que l’an dernier »

L’économiste en chef de la Banque de Montréal a mis en perspective le rythme effarant de croissance des prix de l’immobilier résidentiel dans les villes les plus en demande au Canada au cours des 12 derniers mois.

«Votre maison a fait plus que l’an dernier», a déclaré Douglas Porter de BMO, cité par Le Globe and Mail.

Et l’augmentation ne montre aucun signe d’arrêt de si tôt, compte tenu des tendances à Vancouver et à Toronto.

«L’approvisionnement sur les deux marchés chauds étant extrêmement serré, les taux d’intérêt les plus bas susceptibles de rester inchangés pendant une période prolongée et les autres décideurs qui commencent à peine à tester l’eau, les prix pourraient pousser encore plus haut pendant le reste de l’année, »Expliqua Porter. «En regardant plus loin, la récente forte accélération des prix augmente le risque d’un atterrissage brutal ultime.»

Selon les derniers chiffres de l’Association canadienne de l’immeuble, le prix de vente moyen d’une maison au Canada a augmenté de 11,2% d’une année à l’autre en juin 2016, pour atteindre 503 301 $. Pendant ce temps, l’indice des prix des logements MLS a augmenté de 13,6% au cours de la même période, pour atteindre 564 700 $.

«En revanche, la rémunération hebdomadaire moyenne dans toutes les industries, y compris les heures supplémentaires, au cours de la dernière année était de 953,16 $. Cela se traduit par un salaire annuel de 49 565 $. En d’autres termes, pour le Canadien typique, votre maison a fait plus que l’an dernier. Et ce tas de briques (ou de bois de construction, de plâtre ou de verre) était juste assis là, alors que vous deviez le broyer chaque jour de la semaine et peut-être plus », a déclaré Porter.

A lire  Le nombre de mises en chantier augmente en novembre

À titre de comparaison, le volume des ventes a diminué de 0,9% en juin par rapport au mois précédent, bien qu’il ait augmenté de 5,2% d’une année à l’autre.

«Bien que les ventes de maisons et la croissance des prix soient vigoureuses en Colombie-Britannique et en Ontario, elles restent modérées sur d’autres marchés où les acheteurs de maisons sont prudents et incertains quant aux perspectives de leur économie locale», a déclaré le président de l’ACI, Cliff Iverson.

Histoires connexes:

La croissance des prix des logements à Vancouver et à Toronto dépasse les revenus dans presque tous les emplois
La croissance continue accélère la construction à Vancouver, Toronto

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer